Peut-on encore porter sa croix quand on n’a plus de piles ?

Isaïe 50,5-9

Psaume 114

Jacques 2,14-18

Marc 8,27-35

 

Pour aller plus loin

Détails :

 -Ce lapin a une croix téléguidée sur une voiture de course. C’est plus pratique à porter…

-Il est assis confortablement dans une chaise longue.

-La croix est devant la voix de Jésus, pas derrière. Le lapin n’est pas en train de « suivre » Jésus. Il fait les trucs à sa sauce.

-Il évalue sa croix en y mettant un chiffre (le 1) ce qui signifie « je suis le meilleur, ma croix est la plus lourde, nananèèère ! »

-Mais il n’est pas dupe de son petit manège vu la tête qu’il fait lorsqu’il est démasqué.

Questions

-Prendre sa croix, ce n’est pas la choisir. C’est accepter celle qu’on a. (accepter tel défaut, telle situation (vieillesse, dépendance des autres, situation familiale, maritale, célibat non choisi, chômage, handicap…)

-Une croix choisie sur mesure, ce n’est pas une croix.

-Est-ce que j’attends un rappel à l’ordre du Seigneur pour marcher à sa suite, ou est-ce que je bidouille mon petit confort personnel ou ma petite foi personnelle (faite de bric et de broc) tant que personne ne me dit rien ?

3e dimanche de l'Avent

1ère Lecture : Exode 22,20-26

Psaume 17

2ème Lecture : 1 Thessaloniciens 1,5-10

Evangile : Matthieu 22,34-40

 

ATO30Lapinbleu313C-Mt22_39

 

 

 

Pour aller plus loin

 

 

Détails

 

-Il y a la parabole dans l’Evangile de Saint Matthieu (Mt 18,28) où celui qui a prêté se jette sur celui qui doit le rembourser pour l’étrangler. Ici, on voit une main qui sert à étrangler et une autre prête à taper. 

-Le lapin bleu (à gauche) a le « savoir » (il connaît les commandements),

-Le lapin gris (à droite) attendrait plutôt un modèle, un témoin, qu’un moralisateur.

-Il y a un contraste de couleurs entre la bulle agressive (rouge), et la Parole de Dieu (en noir).

-La Parole de Dieu est en double. Il arrive qu’on la proclame sans la vivre ou sans même la comprendre.

 

Questions

 

Ce dessin illustre aussi une parole de Jésus concernant les pharisiens « Faites ce qu’ils disent, ne faites pas ce qu’ils font. »

C’est facile de dire que le plus grand commandement, c’est d’aimer. Mais dans les faits, est-ce que je le montre ? Est-ce que je le vis ? Suis-je une « Parole Vivante » , un « livre ouvert » ?

 

u as Thor

 

1ère Lecture : Actes des apôtres 2,42-47

Psaume 117

2ème Lecture : 2 Pierre 1,3-9 

Evangile : Jean 20,19-31

AP2Lapinbleu443C-Jn20_28.jpg

 

 

Pour aller plus loin

Détails

 

-A première vue, ce dessin pourrait paraître irrespectueux. Ce serait mal connaître l’auteur.

-Ce lapin représente l’apôtre Thomas qui demande de mettre ses mains dans les plaies de Jésus ressuscité pour croire que c’est bien le même qui était mort et qui est maintenant vivant.

-Sur ce dessin, il a sa main gauche posée sur la croix  à l’emplacement d’un des clous. Il ne croit pas pour autant, parce que son doute ne se joue pas dans sa main mais dans sa tête.

-Le « comme tu voudras » dit par celui qui tient le marteau traduit une attitude spirituelle que je décris dans la rubrique « questions » écrite juste en-dessous.

-Il va taper sur la main… mais sans y mettre de clou, comme pour donner une leçon.

 

Questions

 

-La leçon en question, c’est qu’il arrive qu’on DEMANDE au Seigneur de souffrir. Vous allez me dire « c’est absurde ». N’avez-vous jamais eu ce genre de penée ; « Seigneur, je te demande de prendre sur moi la souffrance d’une personne. Enlève-la lui et donne–la moi. » ?

prenons garde avec ce genre de prière. Il pourrait nous répondre « comme tu voudras » (parce que c’est NOUS qui le voulons, alors que dans l’attitude du lapin montre qu’on n’est pas prêt à supporter ce genre d’épreuve…)

Le Seigneur ne veut pas que nous souffrions. Ne demandons pas des souffrances en plus alors que nous avons déjà du mal à accepter celles qui constituent notre vie.

« La parole me réveille chaque matin, chaque matin elle me réveille pour que j’écoute comme celui qui se laisse instruire. » (Isaïe 50,4)
 -careme2017-lapinbleu-40dimanche6b
-J’écris ou j’apprends ce verset.
-Je me répète ce verset plusieurs fois dans la journée et j’écoute ce que peut me dire le Seigneur dans cette parole.
-Je peux mettre en pratique ce verset, comme il me semble bon de le faire.
-Je remplis la bulle.
-Je peux partager mon expérience (ou comment j’ai essayé de mettre cette parole en pratique et le bienfait que j’en ai reçu).
 
Aide pour comprendre ce verset :
Ce texte d’Isaïe est l’un des quatre « chants du serviteur » (chapitres 42, 49, 50 et 52-53 du livre d’Isaïe). On y voit un rapport très marqué avec le Christ lui-même qui va souffrir la Passion. Le serviteur est le bien aimé de Dieu. Il doit vivre une épreuve, dans laquelle Dieu ne l’abandonne pas, pour arriver à une réussite finale.
Ses souffrances sont détaillées et s’accompliront toutes dans la personne de Jésus.
 
 
 

Un aveugle qui a une forme olympique…

 

1ère Lecture : 1 Samuel 16,1…13
Psaume 22
2ème Lecture : Ephésiens 5,8-14
Evangile : Jean 9,1-41

 

AC4Lapinbleu585C-Jn9_7

 

Pour aller plus loin

Détails
-Le lapin aveugle marche dans la foi.
-Sa canne blanche est en forme de croix, signe de la victoire du Christ qu’il brandit.
 
Questions
-L’autre lapin, lui, n’est pas aveugle, il a des yeux même plutôt énormes. Il a tout ce qu’il faut pour descendre dans la piscine, les yeux pour voir et l’échelle de son côté. Il reste figé des pattes.
-Logiquement, un aveugle a la sensation jusqu’au bout de ses membres. S’il marchait sur l’eau, il le saurait très bien car ses pieds ne seraient pas insensibles à l’eau. Ce dessin veut davantage montrer le chemin qu’on parcourt quand on est dans la foi (et aveugle sur son propre cheminement, c’est-à-dire qu’on a l’impression qu’on n’avance pas) contrairement à celui qui voit avec ses yeux mais qui, lui, n’avance pas parce qu’il ne croit pas.
Il ne croit pas en lui, aux autres, à Dieu, et a besoin de preuves constamment. Mais quand il a des preuves, ça ne veut pas dire qu’il avancera pour autant.
-En quoi suis-je aveuglé(e) ? Qu’est-ce que les autres me disent souvent et que je refuse de voir, ou d’admettre ?

Avoir une eau tarie, c’est plutôt loufoque, non ?… 3
1ère Lecture : Exode 17,3-7
Psaume 94 
2ème Lecture : Romains 5,1…8
Evangile : Jean 4,5-42 
AC3Lapinbleu248C-Jn4_7.jpg   Pour aller plus loin 
Détails 
-Le lapin fait une multitude d’efforts :           
-il grimpe (les montagnes en arrière-fond accentuent la montée)           
-il porte quelque chose de lourd (et d’assez inutile parce que sa cruche a l’air vide à 99%)           
-Là où est le Seigneur (on voit sa main), il n’y a pas besoin d’eau parce que tout est vert,la nature est luxuriante.-mais entre ce que Jésus dit, et ce qu’on comprend, il y a quelques fois un monde, comme par exemple lorsqu’il s’adresse à François d’Assise en lui demandant de reconstruire son Eglise. François va chercher ses outils et travailler de ses mains à reconstruire la chapelle, alors que le Seigneur lui parle de son Eglise (les personnes qui la constituent). C’est évident que s’il avait eu un fax, il ne se serait pas trompé sur le sens grâce à l’orthographe… 
 
Questions 
-Ici, Jésus demande à boire, il a soif être aimé, et d’être aimé pour ce qu’il est, lui le créateur de l’amour.
-Il a soif de ma présence, pas de ma cruche. Quand je suis invité(e), ce ne sont pas les fleurs, la bouteille ou les chocolats que j’offre qui vont faire le centre de la soirée, c’est ma présence face à la présence de l’autre.Je peux faire des efforts considérables et me rendre compte qu’ils ont été à côté de la plaque. Ce que je crois entendre de Dieu « reconstruis mon Eglise » peut occuper toute mon énergie et me boucher les oreilles. C’est seulement quand j’aurai accompli ce que je croyais être l’œuvre de Dieu (mais en fait, c’était plutôt mon idée) que je vais enfin à nouveau être disponible pour ouvrir les oreilles.Mais que c’est difficile de lâcher son idée… Et moi, quelle est l’idée (ou le projet) que je n’aimerais pas lâcher ?Quelque chose ou quelqu’un auquel je tiens, où je n’aimerais pas que le Seigneur y mette son nez ? (quelle image ai-je de lui, si je pense ainsi ?) 
 
Chaud devant… ça, c’est de la question de carême !!!
« Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. » (Genese 12,1)
-careme2017-lapinbleu-12dimanche2b

 

-J’écris ou j’apprends ce verset.
-Je me répète ce verset plusieurs fois dans la journée et j’écoute ce que peut me dire le Seigneur dans cette parole.
-Je peux mettre en pratique ce verset, comme il me semble bon de le faire.
-Je remplis la bulle.
-Je peux partager mon expérience (ou comment j’ai essayé de mettre cette parole en pratique et le bienfait que j’en ai reçu)).
 
Aide pour comprendre ce verset : Abraham ne connaît pas encore Dieu. Dieu lui demande de partir vers une destination inconnue. On peut aussi traduire « entre en toi-même ». La destination n’est pas extérieure, mais le pays que Dieu veut révéler à Abraham est le lieu où réside Dieu dans sa propre vie.

 Le pompier de carême fait « Pain-pont, pain-pont »

Genèse 2,7-9 ; 3,1-7

Psaume 50

Romains 5,12-19

Matthieu 4,1-11

 

AC1Lapinbleu729C-Mt4_3.jpg

Pour aller plus loin

Détails

 

Pour entrer en temps de carême, nous entendons l’Evangile où Jésus est tenté par l’Adversaire.

-Sur ce dessin, L’Adversaire (le diable) se situe « au-dessus ». Son socle est un morceau d’Arche, une construction pas finie, comme son royaume qui est limité, contrairement au Royaume de Dieu qui, lui, est sans fin.

-Il a une langue double, comme le serpent. Le symbole de la langue double, c’est de dire quelque chose et de faire autre chose. C’est l’hypocrisie.

-Ici, il tente le Christ qui a faim (son ventre gargouille).

-Les 5 pierres représentent les 5 pains avec lesquels Jésus est capable de nourrir une foule de 3000 personnes… s’il veut. Aujourd’hui, il cache sa puissance. Il tourne le dos au diable et continue son chemin.

 

Questions

 

-Le côté comique de ce dessin n’est pas dans la Bible. C’est une interprétation de Coolus qui veut montrer que les embûches que nous tend l’Adversaire peuvent se retourner contre lui. De quelle manière ? Lorsque je résiste à la tentation, ma volonté s’en trouve renforcée. Ma foi en Dieu s’en trouve fortifiée car je Lui prouve que je veux l’aimer par-dessus tout.
-Une autre manière de faire retourner une embûche de l’Adversaire contre lui, lorsqu’on est tombé, cette fois, c’est de reconnaître sa misère et d’aller en demander pardon à Jésus. Ca, l’Adversaire ne supporte pas… Quand on prend les choses ainsi, on le remet à sa place.
-Alors, comment vais-je commencer à mettre ceci en pratique ?
 
N’ayons pas peur de lui, Apprenons à nous connaître et sachons rebondir à partir de ses pièges.

Ne ratez pas les soldes, liquidation totale !!!

 

7ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A

 

1ère Lecture : Lévitique 19,1…18

Psaume 102

2ème Lecture :1 Corinthiens 3,16-23 

Evangile : Matthieu 5,38-48

 

 ATO07Lapinbleu119C-Mt5_48.jpg

 

Pour aller plus loin

 

Détails

 

-Le lapin bleu a un grand désir, il veut devenir saint. Il va dans un magasin d’auréoles (le dessin ne dit pas si elles sont payantes ou gratuites).

-Les auréoles sont diverses ; elles ont la forme de ce qu’elles représentent (un cœur pour l’amour, une colombe pour la paix, un sourire pour la joie, une toute petite pour l’humilité, une à 5 anneaux pour l’olympique (histoire de dire que la sainteté est universelle et que son acquisition n’est pas évidente).

-Et puis il y en a une « d’occasion », un peu tordue, dont l’état n’est pas si neuf que ça. Elle signifie qu’il ne faut pas se contenter de peu. Souhaiter une petite auréole un peu tordue, c’est ne pas se croire digne de l’amour de Dieu. C’est encore mettre une limite à son amour immense qui veut « infiniment plus que nous n’osions demander ou imaginer » (St Paul)

 

Questions

 

-Qui d’entre nous souhaite voir réussir son enfant ? Avoir mille et un projets pour lui ?

La réussite totale que Dieu a en vue pour nous, c’est que nous soyons unis en lui d’une manière définitive. Ainsi, nous serons saints. La sainteté, ce n’est pas d’être parfaits, mais de   participer à la perfection qu’est Dieu. C’est se recevoir de Lui.

-Si nous souhaitons la réussite de nos proches, croyons-nous vraiment que Dieu peut « réussir » avec nous ?

-Le lapin-Dieu (avec sa cravate jaune) nous demande « laquelle désirez-vous ? » parce que ce n’est pas lui qui va nous en imposer une. Et moi, quel est mon désir ?

-Est-ce que je vais penser à entrer dans son magasin chaque jour de cette semaine ?

P’têt ben qu’oui, P’têt ben qu’non…

 

6ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année A

1ère Lecture : Sirac le sage 15,15-20

Psaume 118

2ème Lecture : 1 Corinthiens 2,6-10 

Evangile : Matthieu 5,17-37

 ATO06Lapinbleu399C-Mt5_37.jpg 

Pour aller plus loin

 
Détails
 
-Ce lapin indécis est juché sur un socle naturel qui ressemble à un gros tronc avec peu de feuilles, comme une souche qui est empêchée de se développer.
-Il est seul à devoir prendre sa décision.
-Dans son corps, tout est contradictoire ;
-Son corps est tourné vers la gauche et sa tête vers la droite.
-Il a un bras devant et un derrière.
-Une oreille tournée vers le haut et une autre vers le bas (= il entend deux conseils différents et lui, il est au milieu).
 
Questions
 
-Dire « Oui », et dire « Non » et le plus beau cadeau que Dieu a donné à chaque être humain. Ca veut dire que chaque être a la capacité de penser par lui-même, et de devenir lui-même.
-Est-ce que j’use de cette grâce comme d’un pouvoir sur les autres ?
-Est-ce que je suis un(e) éternel(le) indécis(e) ?
-Est-ce que j’attends que la réponse vienne de l’extérieur ?
-Dire oui ou non permet à l’autre de se situer vis-à-vis de moi car il sait ce que je pense. Sans cette parole de ma part, la relation peut-elle être vraie ?

Y appât de problème.

1ère Lecture : Isaïe 8,23 – 9,3

Psaume 26

2ème Lecture : 1 Corinthiens 1, 10-13. 17

Evangile : Matthieu 4,12-23

ATO3bLapinbleu712C-Mt4_19 - Copie

 

Pour aller plus loin

Détails

 

-Jésus emmène ses disciples au large, pour « pêcher des hommes ». Pêcher des hommes, c’est les rejoindre pour leur faire découvrir à quel point Dieu les aime et s’engage pour eux.
Mais voilà, pour pêcher des hommes, qu’est-ce qui va les appâter ? Que mettre comme appât ?
-La modernité ? Le dernier cri de la technologie ? (représenté par le téléphone portable).
-Ce qui va flatter les sens, donner du plaisir ? (représenté par du foie gras ?)
-Ce qui ne demande aucun effort ? (représenté par le mot « gratuit » où on ne doit rien à personne)
-Pour Jésus, il y a un autre type d’appât ; commencer par aimer la personne avant de lui proposer quoi que ce soit. Et c’est le modèle que propose Jésus.
 

Questions

 

-Si on regarde bien l’image, les disciples regardent ailleurs que Jésus. Ils sont focalisés soit sur les hommes à pêcher, soit sur l’hameçon et l’appât. Ils sont tellement concentrés qu’ils ont un regard grave, préoccupé qui contraste avec la sérénité de Jésus qui commence par aimer.
-Au final, qu’est-ce qui attire le plus les hommes, quand on veut leur parler de Dieu ?
-Dans ma propre vie, qu’est-ce qui m’a attiré vers Dieu et m’a donné envie de le découvrir plus ?

Avec la crise, tout augmente… Tout… même moi !

 

 

Psaume 39

2ème Lecture : 1 Corinthiens 1,1-3 

Evangile : Jean 1,29-34 

ATO02-Lapinbleu413C-Is49_5.jpg

          Pour aller plus loin

 

Détails

 

-La traduction de ce verset varie ; on trouve aussi « Je serai glorifié aux yeux du Seigneur », ce qui a le même sens.

Ce verset n’est pas le même qu’Isaïe 43,4 « Tu as du prix aux yeux du Seigneur… ». Isaïe insiste bien sur ce thème.

-L’ensemble est simple : on y voit un lapin qui a une étiquette avec un prix dessus, rien de plus.

-L’étiquette est accrochée à son bras, Le pris est élevé, infini (on n’en voit qu’une partie) et en rouge. Il descend du Ciel.

-La signification est que chaque être vivant a ce prix infini, en rouge, parce qu’il a coûté le sang (=la vie) du Fils de Dieu. Je vaux le prix de Dieu puisqu’il a donné sa vie pour moi.

-Le prix n’est pas celui que je me donne, que je me mets, mais celui que Dieu me donne. C’est pour ça que sur ce dessin, il n’y a rien d’autre (pas de décor, pas d’autres personnes…) A moi tout seul, je vaux le prix de Dieu.

-Le lapin a l’air étonné de valoir tant aux yeux de Dieu.

 

Questions

 

-Si c’était pour moi seul(e), Dieu aurait quand même créé le monde quand-même.

-Si c’était pour moi seul(e), Dieu serait quand même mort sur la croix.

 

Que penses-tu de tout cela ?

Dure, la vie d’ange !!!
 

 Noël (Messe de la nuit)

1ère Lecture : Isaïe 9,1-6

 Psaume 95

 2ème Lecture : Tite 2,11-14

Evangile : Luc 2,1-14

  

ANLapinbleu432C-Lc2_10.jpg

     

 

Pour aller plus loin

Détails

 

-Le lapin fait les courses pour acheter des cadeaux de Noël. Il a trouvé une petite statuette d’ange.

-Un (vrai) ange lui apparaît pour lui annoncer la nouvelle, et il lui répond comme si c’était quelque chose d’habituel. 

-On remarque encore que le lapin se trompe de but. L’ange lui indique l’autre côté. C’est vrai qu’une semaine avant Noël, quel est notre but ? A quoi passe-t’on le plus clair de notre temps ?

 

Questions

 

On relève plusieurs aberrations ; Noël est une fête chrétienne qu’on veut vider de son sens. Savez-vous qu’en fouillant sur internet, on trouve des explications que le calendrier de l’avent sert à patienter jusqu’à Noël en ayant un chocolat par jour ? Savez-vous qu’il existe aussi des calendriers de l’avent pour chiens ? Savez-vous que dans le quartier où j’habite, en 2009, des haut-parleurs suspendus dans la rue diffusaient des chants de Noël et que la mairie a reçu des plaignants qui étaient heurtés de ce qu’on puisse passer des chants religieux dans un pays laïc ?    

-Enlevons donc Jésus du pays, mais toutes les conséquences aussi, à savoir ; pas de Jésus, pas de Nativité, donc pas de Noël. Enlevons les sapins, les décorations, les cadeaux, et que le 25 décembre devienne un jour de travail comme les autres.

Non ?

 

 

Faut-il demander des signes à Dieu ?

 

4ème Dimanche de l’Avent – Année A

1ère Lecture : Isaïe 7,10-14

Psaume 23

2ème Lecture : Romains 1,1-7   

Evangile : Matthieu 1,18-24

 

AA4Lapinbleu556-Is7_11-.jpg 

Pour aller plus loin

 

Détails

 

-Ce lapin est seul. Il rame. Il n’y a ni sommet, ni fond de vallées. Il doute que Dieu puisse lui donner un signe.

-Un peu d’explication Biblique du texte d’Isaïe d’où ce verset est tiré. Achaz est un tout jeune roi, tiraillé de partout. Il se détourne de Dieu pour adorer les idoles. Il va même jusqu’à offrir son propre fils en sacrifice au dieu Moloch. Isaïe, le prophète, vient trouver le roi et lui fait des remontrances au nom du Seigneur. Il lui dit alors cette parole « Demande pour toi un signe venant du Seigneur TON Dieu… » Dieu est partout (dans les sommets et au fond des vallées). Achaz répond : Oh non ! horreur ! je ne vais pas tenter le Seigneur en lui demandant un signe. Il est hypocrite. Peut-être sait-il que s’il demande, le Seigneur lui répondra et il devra donc changer de vie. Donc il ne demande rien.

Sur le dessin, on voit 6 oreilles. Six étant le chiffre de l’imperfection (pour voir la symbolique Biblique des chiffres, c’est expliqué là) Ce lapin fait la sourde oreille. Ses oreilles sont toutes tournées dans des orientations différentes. Achaz s’endurcit. Bref, il n’a pas fini de ramer.  

 

Questions

 

-Certains cherchent des « signes » venant de Dieu comme des lumières dans leur vie qui éclairent leur route. Et dès qu’il n’y a plus de lumière, on s’arrête de marcher en attendant la suivante. Le signe est une mise en marche. Ce n’est pas ce qu’il faut rechercher. Quand il est là, on le prend. Quand il n’y est plus, on s’appuie sur le précédent.

-D’autres n’osent pas demander de signes parce qu’ils savent que forcément, ça aura des implications dans leur vie et qu’il va falloir changer quelque chose.

Et moi, suis-je à la recherche de signes plus qu’à la recherche de Dieu ?

Est-ce que je préfère ne pas en demander ? Pourquoi ?

Rien ne sert de nourrir, il faut partir à point.
 
 
1ère Lecture : Isaïe 35,1-10  
 Psaume 145  
 2ème Lecture : Jacques 5,7-10   
 Evangile : Matthieu 11,2-11
 AA3Lapinbleu557C-Jc5_7.jpg
 
Pour aller plus loin

Détails

 

-Ce lapin bleu est pressé. Tous les moyens sont bons pour aider la plante à pousser : un sachet d’engrais, de l’eau, de la lumière, de la chaleur. Par contre, tous ces moyens sont artificiels, on les a apportés ici.
-Il voudrait que sa petite plante pousse à vue d’œil. Seulement voilà, c’est un bonsaï… L’entretien est délicat, il met des années à pousser.
-Le lapin est excessif, il va donner ce qui est bon pour l’arbre, mais beaucoup trop d’eau, de chaleur, de lumière, d’engrais.
 

Questions

 
-Le cultivateur ne peut faire rien d’autre qu’attendre les produits précieux de la terre.
-Le Seigneur ne peut faire autrement qu’attendre que nous nous tournions vers lui.
-Et nous, nous ne voudrions pas attendre ? Nous voudrions que tout se fasse tout de suite. Nous voudrions que l’autre marche à notre rythme, qu’il pratique sa foi à notre rythme, qu’il pousse à notre rythme ? Dans quelles circonstances m’a-t-on aidé à grandir, dans la foi, dans la vie ? Qu’est-ce qui m’a aidé ? Qu’est-ce qui m’a freiné ?

Malachie 3,19 serait-il celui qui a découvert les UV ?

 

33ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année C

 

1ère Lecture : Malachie 3,19-20

Psaume 97

2ème Lecture : 2 Thessaloniciens 3,7-12

Evangile : Luc 21,5-19

 

 cto33lapinbleu795c-ml3_20

Pour aller plus loin

Détails

 

-Sur ce dessin, qu’est-ce qui apporte le plus de rayonnement ? Le soleil ou la Bible ? On pourrait penser que le lapin se met à l’abri du soleil, mais en fait, il s’expose à la Bible, la Parole de Dieu.

-Les UV (ultra violets) sont ici des « Ultra-Vérité ».

-Il expose non seulement sont regard à la Parole, mais aussi ses mains. Lorsqu’on contemple le Seigneur, ça se prolonge normalement toujours dans le service de l’autre.

 

Questions

-Le soleil de Justice apporte la guérison dans son rayonnement. Le rayonnement de Jésus, c’est tout ce qui émane de lui. La guérison vient du fait qu’on laisse la lumière ou la chaleur toucher ce qui est malade.

-De quelle manière ou à quel moment est-ce que je m’expose à Dieu comme ce lapin au soleil ?

-De quoi est-ce que je souhaiterais que le Seigneur me guérisse ? En vue de quoi ?

J’ai une course à faire…

2 Macchabées 7,1…14
Psaume 16
2 Thessaloniciens 2,16 – 3,5
Luc 20,27-38

cto32lapinbleu796c-2th3_1

Pour aller plus loin

-Détails

-Celui qui court est ici Jésus ou celui qui le représente (donc ça peut être n’importe quel chrétien). Une parole d’Isaïe dit que les pieds du messager sont beaux parce qu’ils apportent la paix. Ce ne sont pas tant les pieds qui sont beaux mais le message dont ils sont porteurs.
-Ce messager laisse des traces « par ici ». Ce ne sont pas les traces qu’il faut regarder, mais là où elles mènent ; à Dieu.
-Le messager court vers un mur de barbelés, c’est ici qu’il doit apporter la parole de la paix, de la vérité, de la réconciliation.
-Le lapin, avec sa carte et sa girouette, est complètement paumé. Il ne sait pas encore que le messager montre le chemin car il n’a pas encore vu les traces.
 
Questions
-Je suis également porteur du message du Christ. Quel est ce message que je peux exprimer à travers ma façon de vivre ? Quelles sont les traces que je peux laisser ?
-Est-ce que ma course est épuisante ? Si oui, est-elle bien orientée ?
-Quelles sont les traces dans la vie des autres, qui me permettent d’avancer vers Jésus ?

Dans la Bible, il y a des choses d’une logique scientifique (et implacable)

comme Lc 18,14…  La preuve :
 
 
1ère Lecture : Siracide 35, 12…18
Psaume 33
2ème Lecture : 2 Timothée 4,4…18
Evangile : Luc 18,9-14
 
 
CTO30Lapinbleu553Cb-Lc18_14.jpg 
 
Pour aller plus loin

-Détails

 
-Le lapin volant a choisi lui-même de s’élever ; il s’est mis lui-même dans la catapulte, et personne n’a actionné le mécanisme sinon lui. Il y a un moment où il sera au maximum de la hauteur (on peut entendre la « gloire ») et l’attraction terrestre fera qu’il retombe rapidement, qu’il soit très haut ou haut.
-Dans note vie terrestre, il y a toujours des hauts et des bas.
Celui qui s’élève de lui-même retombera toujours (et pas toujours sur ses pattes…). Celui que Dieu élève ne retombe pas. Le Christ, sur la croix, est élevé de terre. Puis, mort, il est mis en terre. Le troisième jour, Dieu le relève d’entre les morts. Et là, il monte définitivement aux cieux.
 
 

Questions

 
-La bulle du lapin « scientifiquement prouvé » signifie qu’il y a des choses très logiques, très scientifiques, et que malgré cela, l’homme ne peut s’empêcher de vouloir être au-dessus.
On le vérifie dans la course au pouvoir, aux richesses, le besoin de réputation. Mais si haut que l’homme puisse grimper, il y aura toujours une descente après.
Celui qui cherche à être humble, celui-là sera élevé par Dieu lui-même.

Quand on est ciblé, mieux vaut se tirer… avant que les autres le fassent..

Zacharie 12,10-11     Psaume 62      Galates 3,26-29      Luc 9,18-24

CTO12Lapinbleu497C -Lc9_24

Pour aller plus loin

 
Détails
-Sur ce dessin, on ne voit qu’une seule chose ; un personnage. Et ce personnage se met lui-même en valeur à travers sa posture. Si on regarde bien, tout se rapporte à lui-même ; ses doigts montrent « moi » et ses oreilles sont tournées vers lui-même.
-Son ombre est derrière lui, ce qui veut dire que là où il est, il fait de l’ombre à ceux qui sont derrière. Sa présence efface celle des autres.
-La pancarte qu’il tient dans ses mains est une cible. Si on tire sur cette cible, forcément, un fait un trou dedans …et dans le lapin aussi par la même occasion. Voici donc une manière de perdre sa vie…
 
Questions
-Et moi, quels sont les lieux où je peux faire de l’ombre à quelqu’un ? Quelles sont les personnes à qui je fais de l’ombre ?
-Si je cherche à être sur le devant de la scène (si je le suis ou si j’ai un secret espoir de l’être dans mon intention), pourquoi ? De quoi ai-je besoin ?
-Comment se comportait Jésus quand on voulait le faire roi ? Pourquoi ?
FacebookTwitterGoogle+Pinterest

-Quelle heure est-il ?

-Saint coeur…et demi ?

 

11ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année C

 

1ère Lecture : 2 Samuel 12,7…13

Psaume 31

2ème Lecture : Galates 2,16… 21

Evangile : Luc 7,36 – 8,3

 

 CTO11Lapinbleu330C-Ga2_20-.jpg

Pour aller plus loin

 

Détails

 

-Le lapin, avec son stéthoscope, écoute Dieu qui est en lui. Visiblement, il en est émerveillé…

-La forme que dessine le stéthoscope est celle d’un grand cœur qui englobe le lapin. Il y a un côté rouge et un côté blanc. Le rouge symbolise le sang et le blanc l’eau, qui coulent du côté du cœur de Jésus pour nous vivifier. Les Pères de l’Eglise voient l’eau comme le symbole du Baptême et le sang comme celui de l’Eucharistie.

-Quand nous appartenons au Christ, c’est lui qui vit en nous. On est branché sur lui (on peut facilement retenir la référence, parce que 220, ce sont les volts de nos prises électriques. Donc Galates 2,20, c’est être branché sur Jésus pour qu’il vive en nous.)

-Quand le Christ vit en nous, ça ne veut pas dire qu’il « prend » ma personnalité et que je ne suis plus « rien ». Je ne suis pas « fusionné » dans un Grand Tout impersonnel. Au contraire, ça veut dire que je revêts les sentiments qui sont dans le Christ Jésus (Ph 2,5) pour vivre le quotidien avec ces sentiments-là.

Quand on me voit vivre, on devrait voir quelque chose de Jésus en moi ou à travers moi. Mais évidemment, cela me dépasse, cela se fait « malgré moi »

 

Questions

 

-Quelles sont les personnes en qui j’ai pu percevoir quelque chose du Christ (sans forcément qu’elles le sachent) ?

-Dans quelle circonstance ? A quel moment ?

Au prochain rond point, prenez la troisième sortie
Lapinbleu668C-Jn16_13

Pour aller plus loin

Détails

-Le GPS du lapin le guide vers le tombeau (vide) de Jésus. Ici, la vérité tout entière est la résurrection ; le tombeau est vide mais le lapin ne voit rien à part les linges roulés dans lesquels était enveloppé le Christ. Soit on l’a volé tout nu (quelle idée…), soit il est ressuscité dans un corps glorieux qui nous échappe totalement. Le GPS indique le lieu mais c’est au lapin d’en tirer les conclusions. Le GPS ne dira pas « il est ressuscité ! » mais « Je t’emmène ici, je ne peux rien de plus. La suite t’appartient. »
-Pour accueillir la vérité, il nous faut nous abaisser. Le lapin s’abaisse, se prosterne devant le mystère. Il rate deux marches ; cela signifie qu’il ne prend pas les choses de haut. Quand on considère Dieu, on le considère toujours avec un miroir déformant. On perçoit quelque chose de Dieu, mais on ne perçoit jamais Dieu tout entier. L’Esprit-Saint est celui qui nous le fait connaître progressivement.
-Quelques fois, c’est une chute dans notre vie, dans nos certitudes, dans notre façon de considérer les choses ou les personnes, et c’est à partir de là qu’on peut commencer à comprendre.
 

Questions

-Et moi, quel est mon GPS, qu’est-ce qui me mène vers la vérité tout entière ?
-Une fois que la Vérité se dessine, comment est-ce que je l’accueille ?
-La Vérité s’est-elle imposée à moi d’un coup ou progressivement dans mon chemin de foi ?
-Est-ce que je me considère e chemin ou arrivé au bout ? Comment est-ce que je considère la vérité des autres si ce n’est pas la même que la mienne ? Avec mépris ? méfiance ? compréhension ? autre ?

Silence, on tourne ! Séquence gore d’un acteur lessivé.

 

7ème Dimanche de Pâques – Année C

 

1ère Lecture : Actes des apôtres 7,55-60

Psaume 96

2ème Lecture : Apocalypse 22,12…20

Evangile : Jean 17,20-26

 

CP7Lapinbleu542Cb-Ap22_14.jpg 

 

Pour aller plus loin

-Détails

-Pour entrer dans la Cité Sainte, tenue correcte exigée. Cette tenue n’existe pas sur terre. Le vêtement peut être comparé aux bonnes œuvres, mais même si ma vie est faite de bonnes œuvres, il y a d’autres œuvres qui n’ont pas été bonnes et qui ont entaché mon vêtement.

-Le lapin dans la machine essaye de se rendre pur, mais à quel prix. Il retient sa respiration.

-L’autre veille sur lui, prêt à arrêter la machine avant qu’il ne soit trop tard. En conclusion, il n’y arriveront jamais, ces deux-là. Heureusement qu’il y a une autre solution ; le Christ. C’est son sang qui a lavé ceux qui croient en lui : « Heureux ceux qui ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau » (Ap 7,14).

-Le bouton de la machine est gradué en « Vie ». Ca peut être interprété de plusieurs manières. En voici une ; il est arrivé au degré 6 (6, c’est l’imperfection), le degré 7 est celui de la perfection, donc de la vie éternelle. Seul Dieu peut nous y mener. Qui pourrait se dire ; « moi j’y arriverai tout seul, à la vie éternelle » alors qu’il ne sait même pas de quoi ce sera fait ?  

Le curseur du bouton commence à zéro, comme notre vie qui était inexistante avant notre conception.

 

Questions

-Comment est-ce que ce dessin m’interpelle ? Qu’aurais-je envie de rajouter ?

Encore un qui n’a pas compris le principe du mur de facebook…

 

5ème Dimanche de Pâques – Année C

 

1ère Lecture : Actes des apôtres 14,21-27

Psaume 144

2ème Lecture : Apocalypse 21,1-5

Evangile : Jean 13,31…35

 

Lapinbleu188C-Ap21_5.jpg

Pour aller plus loin

 

-Détails

 

-Le lapin, là, peint. Il peint un mur gris en jaune éclatant. La couleur du mur est la même que celle du « JE » de la parole biblique. (Ce JE se rapporte à Dieu).

-On remarque que le gris du mur est sombre en bas, plus clair en haut. Plus on se rapproche de Dieu, plus on est illuminé. Par contre, Dieu peint autant les hauteurs que les profondeurs de ma vie.

-La lapin-ouvrier, a une double signification ;

    *dune part, c’est L’Esprit-Saint, vêtu de blanc. La peinture est signe des dons de Dieu. On aperçoit trois gouttes qui tombent du Ciel et qui remplissent le pot. De plus, le pot de peinture dégouline de peinture à l’intérieur comme à l’extérieur. Ce n’est pas propre, mais c’est significatif.

      *d’autre part, c’est le baptisé qui a revêtu le Christ (vêtement blanc) et les dons de l’Esprit. Il peint le mur de notre planète. Il n’est pas pressé, mais il fait ça bien, avec son cœur. Son geste est généreux, parce qu’il sait que les dons de Dieu ne s’épuiseront pas (son seau sera toujours plein).

-L’échafaudage, c’est, ici, le soutien des autres. Soutien quelques fois très discret puisqu’on ne les aperçoit même pas (qui a fait attention à l’échafaudage en regardant le dessin ?), mais soutien stable et nécessaire pour aller peindre dans les hauteurs.

 

Questions

 

-Qu’est-ce que m’inspire ce dessin dans ma vie concrète, cette semaine ?

4ème Dimanche de Pâques – Année C

 

1ère Lecture : Actes des apôtres 13,14…52

Psaume 99

2ème Lecture : Apocalypse 7,9…17

Evangile : Jean 10,27-30

Lapinbleu123C-Jn10_30.jpg 

Pour aller plus loin

 

-Détails

 

-Les deux lapins, à gauche, représentent Dieu le Fils (=Jésus ; à gauche) et Dieu le Père au milieu. Il y a un détail qui les différencie. L’as-tu trouvé ? Je dirai lequel dans la suite de l’explication.

-Ces deux lapins sont unis dans le même amour (le cœur) ainsi que dans leurs personnes ; ils se tiennent le bras et l’oreille. Unis dans l’agir et l’écoute.

-Cette union n’est pas une fusion ; le Père reste le Père, et le Fils reste le Fils.

-Il se ressemblent parce que le Fils est l’image du Dieu invisible.

-C’est là qu’est la différence entre les deux sur le dessin ; le Fils a une ombre, le Père non. Pourquoi ? parce que « Dieu, personne ne l’a jamais vu, c’est le Fils qui nous l’a fait connaître ». Quand on voit le Fils, on voit le Père : « qui me voit, voit le Père », dit Jésus.

 

Questions

 

-Est-ce que je réalise que Jésus (le Fils), c’est l’image du Dieu invisible ? Est-ce que je réalise que tout ce que fait Jésus sur terre révèle ce qu’est Dieu le Père, au Ciel ? Que l’amour de Jésus pour les hommes, sa bonté, son pardon, sa vie donnée pour eux… tout cela reflète les mêmes sentiments que le Père a à notre égard ?

-Est-ce que par ma vie de chrétien(ne), je suis aussi le reflet du Dieu invisible pour les autres ?  

Et si Jésus vivait à l’époque des post-it… (?)

Pâques (vigile) – Année C

(

 

 Lapinbleu342C-Lc24_5.jpg

 

Pour aller plus loin

-Détails

 

-Les femmes viennent au tombeau et voient le linceul vide de loin.

-Le petit mot de Jésus « Je reviens bientôt » fait allusion à son deuxième avènement, quand il viendra à la fin des temps, mais aussi quand il apparaîtra à ses disciples dans la journée. Ce papier est en jaune, couleur soleil, comme les mots « vivant » et « ressuscité » du texte, en contraste avec le mot « mort », gris comme le froid du tombeau.

Ce billet est tourné vers le lecteur que tu es. C’est-à-dire que de l’escalier, les femmes le voient de profil (et un papier vu de profil, il faut une sacrée bonne vue pour le voir). Ce papier représente la Révélation ; certains le voient clairement parce que ça leur est donné, d’autres essayent de le voir, et d’autres encore ne le voient pas du tout.

Dernière chose concernant le billet ; pour le voir ce qu’il y a d’écrit dessus, il faut oser entrer dans ce tombeau, sinon, on passe à côté. 

 

Questions

 

-Et moi, est-ce que j’ose entrer plus dans le mystère de la Révélation ?

-Est-ce que j’essaie de comprendre ? Est-ce que je « gobe tout » de la foi sans réfléchir ?

-Est-ce que je scrute (les Ecritures… ) comme la femme qui est à gauche ?

-Est-ce que je pose mon panier avec sa couleur chaude pour voir le billet « Je reviens bientôt » avec sa couleur encore plus éclatante ?

 

4e dimanche de Carême
CC4Lapinbleu784C-Lc15_20

Pour aller plus loin

Détails

 
-Le lapin de gauche représente le fils qui a gaspillé l’héritage du père et qui revient, contrit. Il ne sait pas comment son père va l’accueillir. Il voit trois possibilités : A. Son père lui demandera de  rembourser la facture. B. Son père ne lui fera plus jamais confiance. C. Son père ne voudra plus jamais le revoir.
-Ce lapin regarde le sol. Ca veut dire qu’il regarde son péché et qu’il n’a pas le regard tourné vers Celui qui a le pouvoir de le relever, de lui pardonner.
-De l’autre côté de l’image, on voit la maison du père, belle, avec un beau jardin et des arbres en fleurs.
-Son père l’attendait (il jette les jumelles en l’air) et court à sa rencontre. Le chemin est rouge du côté du père, comme un tapis rouge qu’il déroule pour accueillir son fils enfin retrouvé.
 

Questions

 
-Et moi, y a-t-il des choses dans ma vie que je crois impardonnables ? (en tout cas, si tu crois ça, c’est faux… Dieu peut tout pardonner, TOUT)
-Est-ce que je vois Dieu comme le voit le lapin ? (rancunier, ne faisant plus confiance ou mettant dehors ?)
-Est-ce que je crois que Dieu peut-être dans une joie extrême chaque fois que je reviens à lui ?

 

SI le texte des bulles est trop petit, il est écrit :

« Ce que j’ai fait est trop grave, jamais il ne pourra me pardonner » et dans les bulles suivantes, il y a le mot « facture » et le mot « confiance » (qui est rayé)

3e  DIMANCHE DE CAREME

Ne ramène pas ta fraise, dentiste !

Exode 3,1-15      Psaume 102      Corinthiens 10,1-12      Luc 13,1-9

 

CC3Lapinbleu624Cb-Ps102_4

Pour aller plus loin

Détails
-S’il y a un fauteuil de dentiste, c’est en raison du jeu de mots à propos de la « couronne » (une couronne dentaire est la partie de la dent qui dépasse de la gencive).
-Sur ce dessin, on voit le patient complètement stressé sur le fauteuil, et on voit l’attitude du lapin bleu représentant le Christ qui a une attitude de tendresse dans tout son corps ; il est détendu, il pose délicatement sa main droite sur l’épaule, et son menton sur la tête du lapin stressé. Sa main gauche l’effleure et semble être délicate.
 
Questions
-Quand on cherche des images de tendresse sur internet, on a souvent des images d’animaux ; un grand et un petit. Le grand semble protéger le petit avec beaucoup de douceur. Il se dégage un sentiment de paix, de gratuité, de sécurité.
-Comment la tendresse de Dieu s’est-elle manifestée à mon égard ?
-Quand je pense au Dieu Tout-puissant et au fait que je suis dans sa main, est-ce que je me vois sur un fauteuil de dentiste avec une trouille pas possible qu’il me fasse souffrir ?
-Il arrive que la peur de souffrir me fasse perdre toute rationalité. Le peur est tellement grande qu’elle engloutit tout le reste sur son passage et il ne reste plus que moi et ma peur.
-Quels sont les moyens qui m’aident à revenir à la raison ?

COUPEZ  ! euh, non…

5
ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année C

 

1ère Lecture : Isaïe 6,1-8

Psaume 137

2ème Lecture : 1 Corinthiens 15,1-11

Evangile : Luc 5,1-11

CTO5Lapinbleu204C-Is6 8

Pour aller plus loin

Détails

 

-Le lapin est en position d’attente. Oreilles déployées pour mieux voler.

-Il sait à peu près la direction où il va aller puisqu’il regarde le viseur… mais après, tout dépendra de la force de la catapulte qui peut l’envoyer devant, derrière ou sur la cible.

-Il a un casque avec une étoile. C’est la lumière qui est envoyée dans la nuit.

-La catapulte ressemble à une formule 1 avec des roues plus larges derrière que devant.

-Le système d’envoi est « double ». Le lapin est retenu par deux cordes. Normalement, il n’y en a qu’une. La signification est que dans l’Eglise, quand quelqu’un part en mission, il faut deux choses ; qu’il en ait l’appel intérieur (venant de lui) et que cet appel intérieur doit être confirmé par l’appel de l’Eglise qui envoie. On n’est pas envoyé juste parce qu’on « le sent ».

-il n’y a pas de décor, parce que quand Dieu envoie, c’est qu’on lâche le reste.

-Cette image peut représenter Jésus, envoyé par le Père, pour aimer et sauver les hommes.

 

Questions

 

-Et moi, quand je suis envoyé,

-Est-ce que je m’attribue cet envoi comme venant de moi ?

-Est-ce que je rends compte de ma mission ?

-Est-ce qu’il faut qu’on me confirme 36 fois que je suis bien dans la bonne direction en me donnant un coup de pied au derrière ?

-Est-ce que j’ai été déçu par une mission ? Me l’étais-je donnée ou l’avais-je reçue ?

Concerto pour voix éraillée et poète inspiré
Néhémie 8,2-4. 5-6. 8-10           Psaume 18          1 Co 12,12-30          Luc 1,1-4 ; 4,14-21

CTO3Lapinbleu782C-1Co2_16

Pour aller plus loin

Détails

-Le lapin bleu souffre dans tout son corps. C’est le pied qui a mal mais c’est la langue qui crie (il y a donc harmonie entre la langue et le pied), ce sont les mains qui essaient de soulager le pied, c’est tout le corps qui bondit de douleur. La Parole de Dieu  « un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » se vérifie.

-Par contre, le lapin poète gris qui est à droite, lui, n’est absolument pas en harmonie avec le membre qui souffre. Il se contente de faire un poème. Il observe mais il n’entre pas dans la souffrance de l’autre. S’ils sont baptisés tous les deux, en principe, ils sont frères et membres de l’Église, corps du Christ. Ici, on ne peut pas dire que le lapin bleu et le lapin gris soient tous deux membres d’un même corps.

Questions

-On va parler d’une assemblée chrétienne (messe, prière, autre… Un lieu où plusieurs chrétiens sont rassemblés).

-En quoi suis-je membre du corps du Christ ?

-Est-ce que je sais souffrir avec l’autre ? Quand l’ai-je fait la dernière fois ?

-Est-ce que je sais me réjouir avec l’autre ? Quand l’ai-je fait la dernière fois ?

-Est-ce que je sais me réjouir pour l’autre ? Quand l’ai-je fait la dernière fois ?

-Et tout cela, est-ce que je le fais intérieurement ou est-ce que les autres peuvent le constater en me voyant dans cette assemblée chrétienne ?

T’as pas du feu ?

Isaïe 42,1-7     Psaume 28     Actes des apôtres 10, 34-38      Luc 3,15-22

CTO1Lapinbleu780C-Lc3_16Pour aller plus loin

Détails

-Jean-Baptiste baptise avec de l’eau et Jésus dans l’Esprit-Saint et le feu. Cette image montre un baptême actuel. A droite, on voit le prêtre qui accueille l’enfant comme à bras ouverts, comme Jésus le ferait. L’enfant lui-même est réceptif.

-L’enfant est porté par sa marraine, pour qui, sa toilette compte peut-être plus que le baptême en lui-même.

-Le parrain, lui, tient un extincteur au cas où il y aurait du feu au baptême. C’est une preuve qu’il a entendu la parole… mais il ne l’a pas comprise.

-Si on regarde l’équilibre du dessin, il y a déséquilibre entre intérieur et extérieur. Le parrain et la marraine ont une richesse extérieure dans leur habillement et une pauvreté intérieure car ils ne savent pas  trop ce qu’est le baptême. L’enfant et le prêtre sont habillés simplement mais ils ont un sourire jusqu’aux oreilles car ils savent que ce moment est LE jour le plus important de toute vie chrétienne. L’enfant ne le « sait » pas, mais il est en état de l’accueillir.

 

Questions :

-Et moi, est-ce que je connais la date de mon baptême ? Est-ce que je la fête ? Est-ce qu’elle est plus importante ou moins que celle de mon anniversaire ? Pourquoi ?

Question aux parrains et marraines ;

-Est-ce que je connais les devoirs des parrains chrétiens vis-à-vis de leur filleul ? (« Le parrain ou la marraine doivent être des croyants solides, capables et prêts à aider le nouveau baptisé, enfant ou adulte, sur son chemin dans la vie chrétienne. » CEC 1255). Maintenant que je les connais, que dois-je faire pour être un croyant solide ? Suis-je capable d’aider mon filleul sur son chemin de vie chrétienne ? Comment est-ce que je l’aide à grandir dans la foi ?

 « Voici mon bien-aimé qui vient »

Lecture du Cantique des Cantiques  (Ct 2, 8-14)

Voici mon bien-aimé qui vient ! il escalade les montagnes, il franchit les collines,

il accourt comme la gazelle, comme le petit d’une biche. Le voici qui se tient derrière notre mur ; il regarde par la fenêtre, il guette à travers le treillage.

Mon bien-aimé a parlé ; il m’a dit : « Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle.

Car voici que l’hiver est passé, la saison des pluies est finie, elle s’en est allée.

Dans la campagne, les fleurs apparaissent. Le temps des chansons arrive. Le roucoulement de la tourterelle se fait entendre dans nos campagnes.

Le figuier forme ses premiers fruits, la vigne en fleur exhale son parfum. Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle !

Ma colombe, blottie dans le rocher, cachée dans la falaise, montre-moi ton visage, fais-moi entendre ta voix ; car ta voix est douce, et ton visage est beau. »

 

« Lève-toi, mon amie, viens, ma toute belle.

Car voici que l’hiver est passé, la saison des pluies est finie, elle s’en est allée » (Cantique des cantiques 2,10)

 Lapinbleu-Avent-2012-Ven3

Je peux ECRIRE UN COMMENTAIRE pour dire ce que j’écrirais dans la bulle.

 

BREVE EXPLICATIONDE LA PAROLE

 

Le Cantique des cantiques est un livre d’amour où la bien-aimée cherche son Bien-aimé.

Au second niveau, il est interprété comme l’union de l’Eglise à son Epoux (le Christ)

 

Si ce texte est utilisé ici, c’est pour manifester la venue du Christ (le Bien-aimé) qui escalade les montagnes pour arriver jusqu’à Jean le Baptiste.

 

QUESTION DU JOUR :

 

-Si le Christ escalade les montagnes pour venir à moi, quelles sont les monticules que je vais franchir pour aller à Lui aujourd’hui ?

« Fille de Sion, réjouis-toi, car le Seigneur est en toi »

Lecture du livre de Sophonie (So 3, 14-18)

Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Éclate en ovations, Israël ! Réjouis-toi, tressaille d’allégresse, fille de Jérusalem !

Le Seigneur a écarté tes accusateurs, il a fait rebrousser chemin à ton ennemi. Le roi d’Israël, le Seigneur, est en toi. Tu n’as plus à craindre le malheur.

Ce jour-là, on dira à Jérusalem : « Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir !

Le Seigneur ton Dieu est en toi, c’est lui, le héros qui apporte le salut. Il aura en toi sa joie et son allégresse, il te renouvellera par son amour ; il dansera pour toi avec des cris de joie, comme aux jours de fête. »

 

« Ne crains pas, Sion ! Ne laisse pas tes mains défaillir !

Le Seigneur ton Dieu est en toi » (Sophonie 3,16)

 Lapinbleu-Avent-2012-Dim3

 

Je peux ECRIRE UN COMMENTAIRE pour dire ce que j’écrirais dans la bulle.

 

BREVE EXPLICATIONDE LA PAROLE

 

Le Seigneur est un Dieu de joie. Il apporte la Joie au monde. Il comble de Joie. Non pas un plaisir  éphémère qui se finit avec la gueule de bois, mais une joie qui reste comme des fondations solides malgré la pluie ou la tempête.

 

QUESTION DU JOUR :

 

-Sur ce dessin, le lapin se balance en toute sérénité et joie. Il n’a pas réfléchi au fait que sa balançoire pourrait tomber si les mains ne la tenaient plus. Soit il est naï, soit il a confiance…

A sa place, qu’est-ce que je penserais ? Jusqu’où me balancerais-je ? Avec qui aurais-je pleinement confiance ?

En marche vers la Jérusalem nouvelle

Lecture du livre de Baruc (Ba 5, 1-9)

 

Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours, enveloppe-toi dans le manteau de la justice de Dieu, mets sur ta tête le diadème de la gloire de l’Éternel.

Dieu va déployer ta splendeur partout sous le ciel, car Dieu pour toujours te donnera ces noms :

« Paix-de-la-justice » et « Gloire-de-la-piété-envers-Dieu ».

Debout, Jérusalem ! Tiens-toi sur la hauteur, et regarde vers l’orient : vois tes enfants rassemblés du levant au couchant par la parole du Dieu Saint ; ils se réjouissent parce que Dieu se souvient.
Tu les avais vus partir à pied, emmenés par les ennemis, et Dieu te les ramène, portés en triomphe, comme sur un trône royal.

Car Dieu a décidé que les hautes montagnes et les collines éternelles seraient abaissées, et que les vallées seraient comblées : ainsi la terre sera aplanie, afin qu’Israël chemine en sécurité dans la gloire de Dieu.

Sur l’ordre de Dieu, les forêts et leurs arbres odoriférants donneront à Israël leur ombrage ; car Dieu conduira Israël dans la joie, à la lumière de sa gloire, lui donnant comme escorte sa miséricorde et sa justice.

 

« Jérusalem, quitte ta robe de tristesse et de misère, et revêts la parure de la gloire de Dieu pour toujours » (Baruch 5,1)

Lapinbleu-Avent-2012-Dim2 

 

 

Je peux ECRIRE UN COMMENTAIRE pour dire ce que j’écrirais dans la bulle.

 

BREVE EXPLICATIONDE LA PAROLE

 

Le Seigneur déclare que le chemin pour aller à lui sera « simplifié ». Les montagne seront abaissées, les vallées comblées…

 

QUESTION DU JOUR :

 

-Le chemin pour aller au Père est simplifié depuis que Jésus est venu sur terre pour nous conduire au Père. Désormais, nous savons que pour aller vers Dieu, nous ne sommes plus obligés de réfléchir à ce qui ferait plaisir à Dieu pour arriver à la conclusion de faire des sacrifices humains… Pour faire plaisir à Dieu, il faut contempler la vie de Jésus et vivre comme lui ; en paroles, par des actes et en vérité.

-Vais-je chercher ailleurs que là ? Pourquoi ?

Annonce de la venue du Messie

Lecture du livre de Jérémie (Jr 33, 14-16)

Parole du Seigneur : Voici venir des jours où j’accomplirai la promesse de bonheur que j’ai adressée à la maison d’Israël et à la maison de Juda :

En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai naître chez David un Germe de justice, et il exercera dans le pays le droit et la justice.

En ces jours-là, Juda sera délivré, Jérusalem habitera en sécurité, et voici le nom qu’on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-justice ».

 

« En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai naître chez David un Germe de justice «  (Jérémie 33,15)                                                  Lapinbleu-Avent2012-Dim1

 

Je peux ECRIRE UN COMMENTAIRE pour dire ce que j’écrirais dans la bulle.

 

BREVE EXPLICATION DE LA PAROLE

 

La « promesse de bonheur » dont il est question ici se réalisera dans la venue d’une personne exceptionnelle : Jésus. En ce début de l’avent, nous attendons deux choses. La première est tournée vers la fin des temps, quand Jésus viendra dans sa gloire, et la deuxième, c’est l’attente de Jésus à Noël, dans l’humilité.

 

QUESTION DU JOUR :

 

-Comment est-ce que j’ai décidé de préparer mon cœur à la venue de Jésus cette année. Ai-je une résolution à partager ? Peut-être que ça donnera des idées aux autres ?

 

Qui a besoin de l’assis circulaire ?

34ème Dimanche du temps ordinaire – Année B


Le Christ Roi de l’Univers

Première lecture : Daniel 7,13-14

Psaume 92

Deuxième lecture : Apocalypse 1,5-8

Evangile : Jean 18,33-37

 

Pour aller plus loin

Détails :

 

-Ce lapin, au premier plan, c’est le Christ-Roi (je te rassure, en vrai, Il ne sera pas comme ça…)

-Il découpe sa couronne pour nous faire participer à sa Royauté.

-Les lapins arrivent de droite et vont vers la gauche, où ils commencent à se confondre avec l’horizon, tandis que le Christ est assis, il est sur la terre, et seules ses oreilles sont dans le Ciel. En étant à l’écoute de son Père qui aux Cieux, il se fait petit et se met au niveau des hommes pour les élever à la condition divine (c’est-à-dire immortelle, et sanctifiée)

-Jésus n’a jamais rien gardé pour lui. Il donne tout ; la naissance, la croissance, la vie, le mouvement, l’être… De même il veut nous faire participer à sa Royauté, à sa Sainteté.

 

Questions

 

-Par mon baptême, je suis prêtre, prophète et roi. Qu’est-ce que ça veut dire ; « je suis roi » ? Comment est-ce que Dieu me demande de régner ?

Couché, nounours !

33ème Dimanche du temps ordinaire – Année B 

 

Première lecture : Daniel 12,1-3

Psaume 15

Deuxième lecture : Hébreux 10,11-14. 18

Evangile : Marc 13,24-32

Pour aller plus loin

Détails :

 

-Quelques détails bizarres ; l’ours est blanc, donc il vient de sa banquise

-Normalement, un ours, ça peut grimper aux arbres. Celui-ci en est empêché.

-Il gratte le tronc jusqu’à ce qu’il ait la forme d’un trognon de pomme.

-Le lapin n’a pas l’air si traumatisé que ça. Il est juste bon pour passer une nuit blanche.

-L’arbre représente le Christ. Celui qui sauve. Celui qui se fait écorcher pour me sauver moi.

-L’ours blanc, c’est l’ennemi. Mais il n’arrive pas à atteindre sa proie, et il n’y arrivera pas.

 

Questions

 

-Ces lectures des 33 et 34ème dimanches du temps ordinaire peuvent faire peur. On parle de catastrophes. Par contre, bien des personnes entretiennent cette peur de la « fin du monde ». Quelques fois même, on nous dit un jour précis où ça arrivera… Jésus, lui, nous dit que « nul ne connaît le jour ni l’heure » alors il est inutile de phosphorer sur ce sujet.

La question, c’est

-Suis-je prêt(e) ?  

-Est-ce que les catastrophes me font peur ?

-Est-ce qu’elles me font douter de la présence de Dieu ?

Toussaint !

Allez, aujourd'hui, c'est à toi de commenter ce dessin (à la manière coolusque ou non...)

Lapinbleu751C_alors_quand_est-ce_qu_on_fete_ta_saintete.jpg

Qu'est-ce que je vous sers ?
un set de table ?


29ème Dimanche du temps ordinaire –
 Année B


Première lecture : Isaïe 53,10-11

Psaume 32

Deuxième lecture : Hébreux 4,14-16 

Evangile : Marc 10,35-45

 


Pour aller plus loin

 

Détails

 

-Imagine quelqu’un de très brillant, qui a tous les diplômes dans tous les domaines. Quelqu’un qui sache tout, et qui sache tout faire. Cette personne ne marque rien sur son CV, et quand elle est embauchée dans une entreprise (déjà, il faut qu'elle y arrive...), elle prend le balai pour nettoyer le sous-sol.

On peut l’interpréter en se disant "C'est du gâchis ; on n’exploite pas les qualités de cette personne !"

Mais la logique des hommes n’est pas celle de Dieu.

Cette personne très brillante, c’est Jésus. Il est tellement brillant qu'il est La Lumière du monde, d'ailleurs... En venant dans le monde (Lui, par qui le monde est créé, tout de même !...) il se met à la dernière place.

Serait-il timide, introverti ? Non, il est Dieu, et Dieu ne fait pas de bruit. Il apprivoise les hommes en se cachant parmi eux.

 

Questions


-Et moi, Comment est-ce que je me situe ? Qu'est-ce qui me parle dans ce que jeviens de lire ?

-De tous les diplômes, talents, dons que j'ai reçus, lesquels est-ce que je mets au service de Dieu et de l'humanité ?

-Comment est-ce que je peux servir, en étant à ma place, dans la vie de tous les jours ?

Dieu aime t'il les oreillers ?

27ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B

 

1ère Lecture : Genèse 2,18-24

Psaume 127

2ème Lecture : Hébreux 2,9-11

Evangile : Marc 10,2-16

 

Pour aller plus loin

 

Détails :

 

-Ce lapin a quand-même un peu la pétoche pour deux raisons :

-Il a peur de se faire mal en tombant, donc n’a pas trop confiance en Dieu…

-il se met un édredon devant lui, comme pour se protéger de Dieu.

Le mettre derrière lui aurait été plus judicieux.

 

-Questions

 

-La torpeur, « le sommeil mystérieux », dans le livre de la Genèse est utilisée par Dieu quand il fait quelque chose de très important, comme s’il plongeait l’homme dans un état second pour qu’il puisse le supporter. Il y a un autre passage où Abraham est plongé dans cette torpeur (Gn 15,12) au moment où Dieu s’engage par alliance envers lui quand Dieu passe entre les animaux partagés (Pourquoi on partageait les animaux en deux et on passait au milieu quand on faisait une alliance avec quelqu'un ? C'était un signe de la parole donnée, et que c'était définitif. Si je rompais l'Alliance, si je reprenais ma parole, qu'il m'arrive la même chose que ces animaux). Pour résumer la suite, c’est l’homme qui a rompu l’Alliance avec Dieu, et c’est Dieu (Jésus) qui s’est sacrifié à la place de l’homme)

-Ai-je confiance en l’intervention de Dieu pour me guérir, me sauver ? Ou est-ce que je préfère me guérir et me sauver tout(e) seul(e) ?

-Suivant la réponse, comment est-ce que je vis ceci chaque jour ?

Ca ne sert à rien d'avoir une voiture de sport, si...

26ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B

 

1ère Lecture : Nombres 11,25-29

Psaume 18

2ème Lecture : Jacques 5,1-6

Evangile : Marc 9,38-43, 45, 47-49


 

Pour aller plus loin

Détails :

 

-Un lapin gris fier de son portefeuille, puisqu’il n’a pas construit cette voiture, il l’a « juste » acquise.

-L’autre lapin n’a qu’un outil en main, mais sans cet outil, la voiture est bonne à stationner dans le garage.

-Les spécialistes reconnaîtront un jeu de mots dans la marque de la Lamborghini, puisqu’il existe une Lamborghini « diablo ». Celle-ci est une Divino…

-Je me suis amusé à mettre un interrupteur marche/arrêt sous la porte, près de la roue arrière, pour manifester la fragilité d’un objet. Quelques fois, il faut trois fois rien pour faire une panne.

 

-Questions

 

-La richesse et l’or ne sont un mal que lorsqu’ils ne sont pas partagés.

-Ils sont pourris quand ils nous éloignent de Dieu, quand ils nous font croire qu’ayant de l’argent, on ne risque plus rien (du coup, ça devient le but n°1)

-L’argent sauve t-il ? De qui ? De quoi ? Jusqu’à quel point ?

-Quelles sont mes richesses matérielles ? Sont-elles « rouillées », ou partagées ?


Un plafond à ne pas dépasser !


25ème Dimanche du temps ordinaire –
 Année B

 


Première lecture : Sagesse 2,12,17-20

Psaume 53

Deuxième lecture : Jacques 3,16-4,3

Evangile : Marc 9,30-37

 




Pour aller plus loin

Détails :

 

-Le lapin gris éprouve le bleu. Il fait semblant de regarder ailleurs en détournant la tête, mais son regard observe les réactions du lapin bleu.

-Il tâte du doigt gauche le marteau, pour être sûr de sa dureté.

-Il siffle deux notes à la fois –ce qui est impossible, essaye !-

Ca veut dire qu'il est double (entre son attitude innocente, et son action qui l’est moins.

-L’autre lapin, le bleu, celui qui bat le record du monde de saut en hauteur, ne dit pas un mot. Son silence fait moins de bruit que les deux notes du siffleur. (Attention, n'allez pas croire que je veux dire qu'il faut toujours souffrir en silence et dire amen à tout. Je mets le projecteur sur un autre point, c'est tout)

 

-Questions

 

-Cette parole de la Bible est la pensée du méchant qui veut éprouver le juste pour voir si Dieu l’assistera.

-M’est-il arrivé d’être éprouvé, provoqué par des gens qui voulaient voir ma réaction de chrétien(ne) en me poussant à bout ?

-Comment est-ce que je réagis à la violence qui m’est faite ? Quelles sont les limites à ne pas dépasser avec moi ? Est-ce que je demande à Dieu de m’assister dans ces moments ou bien est-ce ma nature qui prend le dessus ?

-Ma réaction est-elle un témoignage pour l'autre ? Dans quel cas cela a t-il réussi ?

 

PS. On notera que le lapin bleu accède plus vite au ciel, de cette façon-là...

Touchons du bois

24ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B

 

1ère Lecture : Isaïe 50,5-9

Psaume 114

2ème Lecture Jacques 2,14-18 :

Evangile : Marc 8,27-35


 

Pour aller plus loin

Détails :

 

-Ce lapin a une croix téléguidée, sur une voiture de course (pratique à porter).

-La croix n’est pas derrière lui, mais devant. Il veut la montrer. Il veut qu’on la voie.

-En plus, il l’évalue en y mettant un chiffre (le 1) ce qui signifie « je suis le meilleur, ma croix est la plus lourde, nananèèère ! »

-Mais il n’est pas dupe de son petit manège, parce qu’à la tête qu’il fait, une fois démasqué, il se sent coupable.

 

-Questions

 

-Prendre sa croix, ce n’est pas la choisir. C’est d'abord accepter celle qu’on a. (accepter tel défaut, telle situation de vieillesse, dépendance des autres, situation familiale, maritale, célibat non choisi, chômage, handicap, échec…)

-Une croix choisie sur mesure, ce n’est pas une croix. On a plein d'idées pour se rajouter des croix, de l'ascèse, des efforts, là où on peut maîtriser la chose. Une croix, ce n'est pas de la maîtrise.  

-Est-ce que je choisis mes petites croix en faisant tout pour oublier celle que je devrais porter ?

-Est-ce que j’attends un rappel à l’ordre du Seigneur pour marcher à sa suite, ou est-ce que je bidouille mon petit confort personnel tant que personne ne me dit rien ?

22ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B

 

Deutéronome 4,1…8     
Psaume 14     
Jacques 1,17-27      
Marc 7,1…23

 

 

 

Pour aller plus loin

Détails :

 

-Ce lapin a les mains pures, c’est sûr ! Il a de beaux gants blancs.

-Sa langue est double, fourchue comme un serpent et rouge comme le sang.

-Visiblement, ses intentions ne sont pas pures, sinon que ferait-il avec une mitraillette et une cagoule ? Sa démarche aussi, montre quelque chose de suspect…

-La mitraillette tire vite, avec un seul canon. La langue aussi, peut tirer quelques rafales mortelles.

-Le lapin pointe son doigt accusateur. On ne sait pas sur qui, ni ce qu’il a fait. Jugement gratuit…

-Le lapin est recouvert de la tête aux pieds, pour ne pas que l’extérieur le souille. Par contre, lui, on a des doutes qu’il ait des pensées nickel.

 

-Questions

 

-Si mes mains sont pures, mon coeur l’est-il tout autant ?

-Mes armes sont-elles intérieures ou extérieures ? Quelles sont les plus dangereuses ?

-Dans quelles circonstances est-ce que je les utilise ? Dans quel but ?

L'obscurantisme, ce n'est pas ça...

 

11ème Dimanche du Temps Ordinaire – Année B

 

Ezéchiel 17,22-24     

 Psaume 91     

 2 Corinthiens 5,6-10    

 Marc 4,26-34

 

 

BTO11Lapinbleu181C-2Co5_7.jpg

 

Pour aller plus loin

 

Détails :

 

-Un lapin avance, avec une démarche incertaine. Il tâtonne.

-La lumière est derrière lui. Il avance vers le noir. C’est ce que ressentent les personnes qui ne croient pas en Dieu ; à quoi ça sert d’avancer, si c’est pour aller dans le noir ? dans le mur ? dans le néant ?

-Le verset Biblique est en jaune-lumière. Ceux qui ont la chance d’avoir la foi, même s’ils ne voient pas, ont moins peur de l’avenir puisqu’ils savent que Jésus ne les laissera pas tomber.

-Les mains et les oreilles du lapin sont tendues vers l’avant. Il a la foi.

 

-Questions

 

-Croire, qu’est-ce que ça veut dire ?

Le « You Cat » (catéchisme donné par Benoît XVI aux jeunes des JMJ à Madrid) nous dit au numéro 22 que c’est « chercher une relation personnelle avec Dieu et croire à tout ce que Dieu montre de lui-même ».

Au début de la foi, il y a un ébranlement : l’homme sent que le monde visible n’est pas le tout de son existence. Il trouve peu à peu la confiance pour s’adresser à lui et entrer en relation avec Lui.

Croire, c’est donner son accord à Jésus et miser toute sa vie sur lui.

-Où en suis-je, de ma foi, d’après cette définition ?

Année B  - Solennité du Saint Sacrement

(Ou « Fête-Dieu » Dimanche après la Trinité)

 

Exode 24,3-8  
Psaume 115  
Hébreux 9,11-15  
Marc 14,12…26

 

 

 

Pour aller plus loin

 

Détails :

 

-Un lapin reconnaissant. Il porte 8 cadeaux.

-Le 8èmejour est aussi le premier de la semaine ; le « Jour du Seigneur ». Celui qui Lui est plus particulièrement consacré.

-L’angle de vue pourrait être celui de Dieu, beaucoup plus proche que ce qu’imagine le lapin (qui regarde ailleurs, et assez loin.)

-Ce lapin reconnaît que Dieu est à l’origine de beaucoup de choses dans sa vie, puisqu’il a encore 3671 autres cadeaux à chercher.

-On peut enfin remarquer que les cadeaux du dessus sont des fruits et des fleurs, c’est à dire, ce qui vient de Dieu, ce qu’on ne peut pas construire de nous-mêmes.

 

-Questions

 

-Dans chaque messe, on bénit le Seigneur qui nous donne ce « pain, fruit de la terre et du travail des hommes » qui deviendra réellement le corps du Christ une fois que l’ Esprit-Saint l’aura sanctifié.

C’est assez énorme, ce mélange entre ce qui vient de la terre, qui est travaillé par l’homme (parce que le pain ne pousse pas tel quel). Dieu se sert de ces deux éléments (la nature et notre travail) pour en faire le Temple de sa présence quand c’est consacré par son Esprit.

-Dieu a voulu notre travail, notre collaboration.

-Est-ce que mon travail pour lui est greffé sur quelque chose qu’il m’a donné ? Que la nature m’a donné, ou est-ce qu’il se suffit à lui-même ?

-Suis-je reconnaissant(e) de ce qui vient de lui ? Est-ce que le jour du Seigneur, je pense plus à Lui demander quelque chose qu’à Lui dire MERCI ? (idem pour les autres jours…)

-Dans mon esprit, est-ce que je lui « donne », ou est-ce que je lui « rends » ?

Est-ce que le radar flashe à travers la vie trine ?

Année B  - Trinité

 

1ère lecture : Deutéronome 4,32…40

Psaume 32

2ème lecture : Romains 8,14-17

Evangile : Matthieu 28,16-20

 

 

 

Pour aller plus loin

-Détails

 

-On remarque une voiture qui roule à fond la caisse. Elle se prépare à dépasser.

-Le conducteur est invisible (la voiture n’est pas télécommandée)

-On ne voir pas le décor, ça va trop vite.

-Le lapin bleu est presque blanc de trouille. Il a les pattes sur la boîte à gants (sur l’air bag ?) pour se cramponner comme il peut.

 

-Questions

 

 -Interprétation ; cette voiture, c’est ta vie. Il y trois manières de la conduire :

            -C’ est toi qui prends le volant. Tu décides de tout et Dieu n’a plus qu’à te suivre.

            -C’est toi qui prends le volant et Dieu est assis à côté avec la carte. Il te dit où aller, tu l’écoutes , mais c’ est toi qui conduis, à ta vitesse.

            -C’est Dieu qui prend le volant, et tu te laisses guider en tout.

Bref, la conduite de Dieu peut être folle pour toi (folle ne veut pas forcément dire qu’il va trop vite, mais qu’il passe par des endroits quelques fois curieux)

Mais « la folie de Dieu est plus sage que les hommes ». Il connaît ton mode d'emploi et il te mène là où tu deviendras le plus toi-même.

 

Année B  - Pentecôte

 

1ère Lecture : Actes des apôtres 2,1-11

Psaume 103

2ème Lecture : Galates 5,16-25

Evangile : Jean 15,26-27 ;   16,12-15

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Détails

 

-Cette phrase est le jugement de ceux qui voient agir les apôtres, lorsqu'ils parlent en d'autres langues. Certains sont étonnés, d'autres se moquent.
-Ici, le lapin est plutôt saoul. Visiblement, il a bu une bonne dose d’Esprit-Saint. (Pour les enfants, je signale qu’il ne faut surtout pas boire du White spirit, c’est dangereux et ce n’est pas de l’Esprit Saint en bouteille !)

-On distingue 3 colombes et 7 cœurs (comme les 7 dons de l’Esprit qu’on trouve chez Isaïe au chapitre 11, versets 2 et suivants)

-Le fait que les mouvements soient en blanc, indique la légèreté.

 

 Questions

 

-Autre détail liturgique, ce verset (Ac 2,13) ne fait pas partie du texte de ce dimanche (qui s’arrête à 2,11), et curieusement, on ne l’entend jamais, ni le dimanche, ni en semaine (sauf erreur de ma part…). C’est pourquoi, je souhaitais le mettre.

-Recevoir l’Esprit Saint ne veut pas dire qu’on devient nécessairement comme ça. On peut l’ extérioriser de cette manière, ou d’une autre. Cela dit, quel jugement ai-je devant des chrétiens « tout fous » ? Les chrétiens « manche à balais » ne donnent peut-être pas plus envie de croire que les « tout fous »

-Le white-spirit (esprit blanc ?) est utilisé pour dissoudre la peinture, le vernis et l’encre d’imprimerie (donc des trucs bien costauds). L’Esprit-Saint ne dissout-il pas le vernis superficiel de notre vie, pour aller plus en profondeur ? Quel est mon vernis ? Combien de couches a-t-il ? Et si on l’enlève, je risque d’être moins protègé… mais tellement plus authentique ! Je brillerai moins, mais j’aurai ma couleur naturelle.

Quel est l'intérêt de se blinder ? Est-ce que j'apprécie les personnes blindées, hermétiques ? Pourquoi ?

Si je me blinde, en quoi est ce que je vais me dénaturer 

Année B - Temps Pascal - 7ème Dimanche
Plein la vue !

Année B -Temps Pascal 7ème Dimanche

Actes des apôtres 1,15-17. 20-26
Psaume 102
1 Jean 4,11-16
Jean 17,11-19

Pour aller plus loin

Détails :

-Ces lunettes représentent le Dieu-Trinité.

Le verre de gauche, c’est le Père qu’on ne voit pas mais qui est Lumière.

Le verre de droite, c’est le Fils, Jésus, qui nous révèle le Père. Quand on regarde Jésus, on voit le Père. Il nous montre le Père avec sa main.

Ce qui lie le Père au Fils, c’est le Saint Esprit (la barre du centre où il est écrit Spirit)

-Sur la branche de gauche, on lit (difficilement) « FIDES ». C’est la foi qui nous révèle notre Dieu en trois en trois personnes. Autrement que par la foi et la Révélation, il est possible de trouver Dieu avec son intelligence, mais impossible d’arriver à la conclusion que Dieu est en trois personnes.

-Questions (là, il faut choisir laquelle travailler car il y en a trop)

-Dans l’Evangile de Jean, au chapitre 14, Jésus dit « qui me voit, voit le Père ». Est-ce que je pourrais dire « qui me voit, voit le Christ » ? La suite du verset me montre que si je demeure dans l’amour, on pourrait voir Dieu en moi. Comment est-ce que je me situe vis-à-vis des personnes que j’aime le moins ? Qui sont-elles ? Pourquoi me répugnent-elles ? Qu’est-ce que Jésus ferait à ma place ? Comment les accueillerait-il ? Est-ce que j’ai définitivement rejeté une personne ? Pourquoi ?

-Ai-je déjà été interpelé par quelqu’un qui aimait en vérité au point de donner de son temps, de son argent, de ses compétences, sans rien attendre en retour ? Ai-je moi-même vécu cela ? Ai-je été conscient que cette voix intérieure qui me poussait à agir ainsi venait de plus loin que moi (sans doute de Dieu) ?

Année B - Temps Pascal 6ème Dimanche

Esprit, es-tu là ?

Année B -Temps Pascal 6ème Dimanche

Actes des apôtres 10,25-26. 34-35. 44-48 8,5-17 Psaume 97 1 Jean 4,7-10 Jean 15,9-17

Pour aller plus loin

Détails :

Ce verset est tiré d’une histoire que j’aime beaucoup. Un centurion qui ne connaît pas Dieu (il s’appelle Corneille) a une apparition et Dieu lui demande d’aller chercher à Joppé, dans une maison précise, un certain Pierre. Il ne le connaît pas, il ne sait pas pourquoi mais il envoie des hommes le chercher. Le même jour, Pierre a une vision d’une grande nappe remplie d’animaux qui descend du ciel. Dieu lui demande de manger ces animaux. Pierre refuse car il dit qu’ « ils sont impurs ». Cette vision le travaille et c’est à ce moment-là que les hommes envoyés par Corneille arrivent. Pierre les suit, puis arrivé là-bas, il se met à parler de Jésus. En plein milieu de son discours, l’Esprit-Saint s’empare de tous ceux qui écoutent (c’est le dessin de la semaine). On voit Pierre à droite, le premier surpris.

Corneille est représenté à gauche. Quand l’Esprit Saint fond sur lui, il devient habité par l’Esprit (il a la forme d’une colombe, symbole de l’Esprit-Saint. Il a l’air heureux, il est dans la lumière, il est prêt à se déployer et à voler de ses propres ailes.

Les trois rayons montrent que Dieu Père, Fils et Esprit-Saint est à l’œuvre (partout où il y a l’Esprit Saint, il y a le Père et le Fils) et les douze étoiles montrent que la mission des douze est de transmettre la Parole de Dieu pour que l’Esprit-Saint fasse le reste.

-Questions

-Et moi, suis-je conscient(e) de la puissance de la Parole de Dieu ? Quand cette Bonne Nouvelle est proclamée et vécue dans ma vie, l’Esprit-Saint peut agir par mon intermédiaire.

-Suis-je disponible comme Corneille ? Est-ce que je me laisse bousculer dans ma prière comme Pierre au point de changer ma façon de voir ? A quel moment ?

Année B - 5ème Dimanche de Pâques (2)

Année B - 5ème Dimanche de Pâques (2)

Tu as vu ma nouvelle coupe ?

Année B -Temps Pascal 5ème Dimanche

Actes des apôtres 9,26-31 Psaume 21 1 Jean 3,18-24 Jean 15,1-8

Pour aller plus loin

Détails :

-Le cep, c’est moi. Il y a des endroits où je porte du fruit dans ma vie, et des endroits où je suis plutôt stérile.

-Jésus vient émonder ma vie, c’est-à-dire qu’il vient visiter les endroits où je ne porte pas de fruit. Quelques fois, c’est une coupe franche dans ma vie où il y a tellement de parasites que la terre s’use pour rien. Quels sont ces domaines où je me perds ?

-Le pied de vigne demande à Jésus de ne pas regarder les zônes sombres ou stériles de son existence pour voir ce qui marche bien. « Regarde à droite ! » veut dire « regarde ce qui va bien dans ma vie ! » « regarde là où je suis performant dans ma foi ». Alors que Jésus le voit déjà.

-Questions

-Comme un maître attentionné, il désire que toute ma vie porte du fruit. Il désire que la lumière soit mise partout. Peut-être est-ce dans les zônes les plus sombres de ma vie que Jésus veut venir ? Peut-être, à l’avenir, porterai-je plus de fruits dans mes branches actuellement stériles que dans les autres ?

-Quels sont mes lieux de combat actuels ? Qu’est-ce qui n’est pas encore évangélisé dans ma vie ? Quel est l’endroit où une petite voix me dit que cette partie de ma vie n’est pas top et ne peut pas être en accord avec ce que Jésus me demande ? Est-ce que je crois que ce lieu-là peut être un lieu où jaillira la vie, les fleurs, puis les fruits si Jésus le visite ?

Aujourd'hui, il y a même un autre dessin illustrant la première lecture qui est dans un article en-dessous.

Bonus !

S'appuyer sur le Seigneur ? Vieux motard que jamais...
 

4ème Dimanche de Pâques

Actes des apôtres 4,8-12    

 Psaume 117   

1 Jean 3,1-2     

Jean 10,11-18

 

 

Pour aller plus loin


Détails :

 

-Le lapin commercial essaye de vendre une moto en carton en présentant une vraie. Ses arguments sont mirobolants ;

-« Le plein gratuit » (pour une moto en carton, logique…), Pneus neufs (idem), prix sacrifié (1499 €, pour du carton, un peu cher, enfin il y a la clé avec, quand-même), Soldes, hyper-maniable (on la porte avec une main, si si…)

-L’autre lapin a l’air sceptique, il est tenté… Va-t-il craquer ? 

 

-Questions

 

-La parole du dessin n’est pas pour dire qu’il ne faut pas faire confiance aux hommes. Elle nous dit que la confiance en Dieu ne trompe jamais (mais que ça ne nous empêche pas de faire confiance aux autres aussi).

-Certains voudraient s’arranger leur propre religion, bien confortable, avec ce qu'on prend et ce qu'on laisse... Jésus n’a pas choisi le trône, le château, la limousine et la princesse. C’est revêtu du vêtement de faiblesse qu’il est venu. Quelques fois, on revendique de faire des trucs spéciaux pour attirer les jeunes. Attention à ne pas les « tromper sur la marchandise » si on les prépare pas à la réalité de la vie, exigente. Etre inventif est une très bonne chose, mais arriver à ce que le jeune s’accroche au Christ véritablement et lui reste fidèle quand tout sera sec, en est une autre.  Est-ce que je prépare les autres à cela ?

Dimanche de PÂQUES – Année B

 

 
Pâques-man contre les fantômes ?

 

Première lecture : Actes des apôtres 10,34. 37-43

Psaume 117

Deuxième lecture : Colossiens 3,1-4

                                       ou 1 Corinthiens 5,6-8

Evangile : Jean 20,1-9

  

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Détails :

 

-Les deux disciples arrivent au tombeau. Jean arrive le premier, et attend dehors. Pierre entre.

-Pierre demeure perplexe, Jean entre à son tour, il CROIT en ne voyant… RIEN.

-Dans ce dessin, Pierre scrute le suaire, avec ses lunettes, pour essayer de trouver une explication rationnelle à la chose. Il cherche quelque chose. Peut-être ne sait-il même pas ce qu’il cherche ?

-Jean, lui, semble avoi compris. Compris les Paroles du Christ qui résonnent en lui à présent « Et le troisième jour, il ressuscitera »

-Jean regarde deux endroits ; le mur et la sortie. Vers quoi est-ce que je regarde ?

 

-Questions

 

-Dans lequel de ces deux personnages est-ce que je me retrouve actuellement ?

-Quelques fois, on cherche Dieu en voulant se le représenter à notre manière.

-Eh non, Jésus surprend ! La preuve, il a même fait son lit avant de partir… Et ça on ne l’a pas vu (si ? tu l’avais remarqué ?)

Année B - Triduum - Vendredi saint

Cette lecture n'est pas entendue aujourd'hui mais elle a été entendue dimanche dernier.

Ce n'est pas grave, il y a quelque chose à prendre quand-même...

Pour aller plus loin

Détails :

Saint Pierre prend ses dispositions pour que le coq ne chante pas (Jésus lui a dit "Avant que le coq chante deux fois, tu m'auras renié Trois fois")

-Par ce dessin, je veux souligner qu’il n’y a pas de « prédestination ». Ce n’est pas parce que le coq chante que Pierre renie Jésus. Ce n’est pas parce que Jésus donne la bouchée à Judas que satan entre en lui. Le diable n’est pas dans la bouchée, il est dans le cœur de Judas qui a déjà décidé d’accomplir son forfait. Jésus ne considère pas Judas comme son ennemi, il lui tend des perches (d’ailleurs, quand judas le livre, Jésus l’appelle toujours « mon ami » et il le pense vraiment)

-Jésus dit "ceci est mon corps livré POUR vous". Il aurait pu dire "livré PAR vous", mais il en garde l'initiative. Il donne sa vie activement, et non passivement.

-Questions

-C’est plus facile d’accuser le « destin », les choses, les personnes et essayer de s’en débarrasser, que de regarder en face sa responsabilité vis-à-vis du mal, du péché.

-Ce n’est pas en assommant le coq que mon cœur va changer.

-Quels sont les coqs que je veux assommer ? Quelles sont les personnes que je veux accuser pour me dédouaner de mon péché ? de ma responsabilité ?